Qu'est-ce que la maladie de Parkinson et quels sont les différents stades ?


Accueil > Santé Seniors > Pathologies spécifiques au grand âge > La Maladie de Parkinson

Episodes de tremblements, gestes incontrolables et lenteur des mouvements...sont les symptômes de la maladie de Parkinson. Le point avec Retraite Plus:

La maladie de Parkinson fait partie de la famille des maladies neuro-dégénératives. Elle constitue avec la maladie d’Alzheimer l’une des plus courantes affections dégénératives du système nerveux.

Il s’agit d’une maladie d'évolution progressive qui concerne aujourd’hui près de 70 000 belges et 4 millions de personnes à travers le monde.

  • Touchant principalement les individus âgés de plus de 50 ans, cette maladie atteint le système nerveux central auquel elle cause de nombreux dommages.
  • Les symptômes de la  maladie de Parkinson sont provoqués par la destruction progressive des neurones du cerveau chargés du contrôle des mouvements. Les personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson seront donc sujettes à des gestes incontrôlables et à des mouvements de type saccadé.
  • Le diagnostic de la maladie de Parkinson est posé lorsqu’un patient présente certains dysfonctionnements moteurs ainsi qu’une plus ou moins grande difficulté d'élocution. Les symptômes les plus caractéristiques de cette maladie sont une excessive lenteur dans les mouvements, une perte d’équilibre et de fréquents épisodes de tremblements au repos. Elle évolue ensuite vers des périodes de perte de mémoire et de confusion , lors desquelles des hallucinations, des troubles psychologiques surviennent.

Quels sont les deux types de Parkinsonisme              

Médicalement parlant, il existe deux types de Parkinsonisme :

  • La maladie de Parkinson primaire
  • Le Parkinsonisme secondaire

 La maladie de Parkinson primaire

Comme évoqué précédemment, les neurones moteurs responsables des actions motrices, notre capacité à effectuer des mouvements, ont besoins de la dopamine pour bien fonctionner. La dopamine est fabriquée dans les cellules des noyaux gris centraux du cerveau. Si ces cellules sont détruites, elles ne peuvent plus produire de dopamine, ce qui provoque les symptômes de la maladie de Parkinson. Or, il semblerait que la destruction de ces cellules soit causée par une accumulation de protéines formant ce qu’on appelle des corps de Lewi.

Le Parkinsonisme secondaire

 Dans ce cas, les cellules responsables de la production de la dopamine ne sont pas détruites mais présentent un dysfonctionnement,  on parle alors de Parkinsonisme secondaire. Cette forme de Parkinson est, la plupart de temps, due à une infection virale ou à une maladie propre au système nerveux induisant des dommages au niveau des cellules chargées de fabriquer la dopamine. Certains médicaments comme l'halopéridol peuvent provoquer de tels dommages.

Quels sont les symptômes de la maladie de Parkinson ? 

D’évolution progressive,  on reconnait la maladie de Parkinson à ses symptômes :

  • Lenteur du mouvement
  • Gestes incontrôlables, raideur et rigidité musculaire
  • Episodes de tremblements, notamment au repos, et mouvements saccadés.

Ainsi, ne plus pouvoir tenir sa tasse de thé sans la renverser, avoir du mal à écrire, l’écriture devenant de plus en plus petite, ou des difficultés à se déplacer…toutes ces caractéristiques de la maladie de Parkinson ont un responsable : La dopamine ou, plus justement, le déficit en dopamine.

En effet, ce sont les neurones qui sécrètent la dopamine. Ce produit est nécessaire pour une bonne communication entre nos neurones, il permet le contrôle de nos mouvements. Or si les neurones s’amenuisent normalement avec le vieillissement, ce processus est considérablement accéléré et affecté par la maladie de Parkinson.

D'où vient la maladie de Parkinson ? 

Plusieurs hypothèses sont émises sur les raisons de la maladie de Parkinson, même si l’on n’en connait pas la cause exacte :

  • Un choc émotionnel
  • Un traumatisme crânien
  • Une trop grande exposition aux pesticides
  • Une maladie vasculaire
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC)
  • Un déclenchement dû à certains neuroleptiques
  • L’hérédité, quoi que très rarement en cause dans la maladie de Parkinson.
  • Une prédisposition génétique et des facteurs environnementaux.

 Heureusement, il existe différents traitements et techniques de rééducation destinés à mieux vivre cette maladie et surtout à en réduire les manifestations…

Quels sont les différents stades de la maladie de Parkinson ? 

Les malades atteints de Parkinson connaissent quatre grands stades d’évolution :

Le premier stade de la maladie de Parkinson : l’apparition des premiers symptômes et l’annonce du diagnostic

On estime que la maladie débute 5 à 10 ans avant les premiers symptômes. 

 Les premiers signes de la maladie n’apparaissent qu’une fois que 70% à 80% des cellules produisant de la dopamine dysfonctionnent. De plus, la maladie de Parkinson ne comporte pas toujours des tremblements, et inversement certains tremblements de personnes âgées ne sont pas forcement liés à la maladie de Parkinson, bien qu’ils soient, à tort, souvent assimilés.

D’où la difficulté de poser un diagnostic précoce, d’autant qu’il n’existe pas de test ou d’examen médical pouvant confirmer ou infirmer l’existence de cette maladie avant que celle-ci en soit au stade clinique, c'est-à-dire au stade apparent.

De ce fait, tous les médecins s’accordent à dire que le diagnostic ne peut être posé qu'en présence d'au moins deux ou trois symptômes majeurs, tels que : 

  • La diminution et la lenteur des mouvements surtout ceux qui sont automatiques : On parle alors d’hypokinésie.
  • L’accroissement de la tension musculaire, le patient souffre de raideur et de contractions au niveau des articulations : Il s’agit d’akinésie.
  • Les tremblements lorsqu’ils surviennent au repos.
  • Différents troubles végétatifs, tels que la transpiration excessive et la constipation.
  • Des problèmes d’ordre psychologiques peuvent également être présents.

Le deuxième stade de la maladie de Parkinson : la période dite de « lune de miel »

Chronique et évolutive, la maladie de Parkinson se poursuit par une période nommée « lune de miel». Les symptômes sont encore légers. Le traitement semble efficace, il y a peu d’effets secondaires. 

La deuxième période appelée lune de miel est une période où la manifestation des symptômes de la maladie de Parkinson reste très modérée. La vie du malade peut encore continuer de façon normale. Très variable d’une personne à l’autre, cette période dure entre 3 et 8 ans selon les malades. Durant cette période, le corps répond de façon positive au traitement à base de dopaminergiques. Il y a très peu d’effets secondaires. Néanmoins, la maladie continue d’évoluer lentement.

Le troisième stade de la maladie de Parkinson : la période dite de « fluctuations

La troisième période appelée période de fluctuations est une période d’aggravation évolutive des symptômes de la maladie de Parkinson. Durant cette période, le traitement dit "dopaminergique" perd de son efficacité et le malade souffre épisodiquement de problèmes moteurs.

Ces épisodes de fluctuations surviennent, dans 50% des cas, 6 ans après l’apparition des premiers signes de la maladie :

  • La marche devient plus difficile. La personne effectue des petits pas glissés, les bras sont raides et écartés du corps. Elle a une tendance à tomber en avant et les risques de chutes sont importants.
  • Le visage affiche une impression de masque.
  • L’excès de salive est dû aux problèmes de déglutition.
  • L’élocution est plus lente.

Le quatrième stade de la maladie de Parkinson : l'aggravation de la maladie

La dernière période est sans aucun doute la plus handicapante. Le malade évolue inexorablement vers la grabatisation. A ce stade là, les traitements ne sont plus efficaces. 

Lors de cette période, l’aggravation des symptômes se poursuit de façon inexorable :

  • Les tremblements augmentent puis le patient atteint un état grabataire.
  • Des manifestations psychologiques  et des hallucinations font leur apparition : dépression, pertes de mémoire, désorientation dans le temps puis dans l’espace, confusion voire démence.
  • D’autres troubles comme des crampes, une raideur des articulations, des problèmes de pression artérielle ou des dysfonctionnements urinaires sont également souvent observés.

 A ce stade là, le malade de Parkinson ne peut plus rester seul. Une assistance s’impose au jour le jour afin de l’aider dans les gestes essentiels : S’alimenter, s’habiller, se déplacer.

  • Des risques de chutes dus aux problèmes moteurs et de désorientation sont importants. Une surveillance médicale accrue est nécessaire tant pour veiller aux problèmes d’hallucinations, qu’aux problèmes de son alimentation.
  • Il peut maigrir très vite, du fait des difficultés de déglutition et de coordination des mouvements pour se nourrir. Une situation qui implique la présence d’un tiers à domicile de façon quasi-permanente.

Quels sont les traitements de la maladie de Parkinson ? 

Parmi les différents traitements existants, on trouve:

    • Principalement la lévodopa ou L-dopa : Ce médicament, la lévodopa se transforme en dopamine à l’intérieur du cerveau.
    • Les agonistes dopaminergiques sont donnés en début de traitement, notamment chez les jeunes patients.
    • D’autres traitements existent : Les inhibiteurs de la monoamine-oxydase B, la trihexyphénidyle, la benzotropine, l'amantadine ou les inhibiteurs de la catéchol O-méthyltransférase…

                                                  Cliquer ici pour accéder au blog

La recherche médicale travaille activement à trouver des nouvelles pistes de traitement pour combattre la maladie de Parkinson.

Parmi elles :

•La thérapie génique : Elle consiste à introduire des gènes spécifiques dans les cellules des personnes malades de Parkinson.

•La culture des cellules souches : Une fois greffées dans le cerveau, ces cellules pourraient se différencier en neurones à dopamine.

•Les greffes de neurones       

L’importance de la rééducation dans la lutte contre la maladie de Parkinson 

Pour aider les malades de Parkinson à mieux vivre leur maladie au jour le jour, la kinésithérapie et les séances de rééducation ont pour rôle de :

  • Réapprendre aux patients les bonnes postures pour atténuer leurs douleurs.
  • Faire des exercices musculaires pour les aider à rester tonique.
  • Effectuer des exercices avec un kinésithérapeute pour maitriser la coordination des mouvements…

Discuter avec nos conseillers experts en maison de retraite en cliquant  ici 

Trouvez une maison de repos adaptée à la maladie de Parkinson :

Quel type de maison recherchez-vous ?
Dans quelle province ?
Quel est votre délai d'urgence ?
Coordonnées pour recevoir ma sélection :

CNIL Déclaration CNIL n° 141035 | Confidentialité des données | Mentions légales

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée