Les soins fréquents en maison de repos et de soins : Pour qui ? Pourquoi ?


Accueil > Santé Seniors > Les soins fréquents

Assurer le confort, l’hygiène et le suivi médical qui s’imposent pour chacun des résidents, telle est la mission quotidienne des maisons de repos et de soins en Belgique.

En vieillissant, les personnes âgées deviennent dépendantes, à différents degrés. Ainsi, ont-elles besoin d’être assistées dans les gestes essentiels de la vie quotidienne : Se nourrir, se déplacer, se laver, s’habiller. C’est effectivement le cas des personnes âgées qui souffrent de :

  • Maladies respiratoires et cardiaques : Un appareil d’assistance respiratoire est parfois nécessaire. Une surveillance s’impose pour éviter toute complication.
  • Maladies neurodégénératives : Telle que la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence, ainsi que la maladie de Parkinson, qui, lorsqu’elles se situent à un stade sévère, impliquent une surveillance de tous les instants pour éviter les fugues, les chutes dues aux problèmes de désorientation et d’équilibre, ainsi qu’une aide aux gestes essentiels quotidiens puisque la personne atteinte n’est plus en mesure de s’habiller, faire sa toilette, s’alimenter de manière autonome.

Néanmoins, le malade d’Alzheimer à un stade léger à modéré, peut tout à fait s’assumer physiquement, il aura cependant besoin d’être guidé pour certaines démarches, notamment administratives et financières, sa faculté décisionnelle étant altérée par la maladie.

Il lui est fortement conseillé de participer à des ateliers mémoire afin de stimuler ses capacités cognitives.

  • Maladies chroniques : 60% de belges âgées de plus de 65 ans ont un problème de santé chronique. Ils souffrent notamment d’arthrose (une personne sur deux chez les plus de 65 ans) de rhumatismes, d’ostéoporose (23%), d’allergies, d’hypertension, de dépression, de troubles thyroïdiens ou de problèmes des yeux tel que le glaucome ou la cataracte à tel point que 90% des plus de 75 ans déclarent être limités dans la réalisation des activités de base.

 

Lorsqu’elles surviennent à un âge où une personne est déjà affaiblie par la vie, ces maladies chroniques peuvent devenir très handicapantes :

  • Se déplacer, faire ses courses, sa toilette, s’habiller, toutes actes engendrent des difficultés et des douleurs plus ou moins supportables et réduisent peu à peu le champ d’action de la personne âgée.

 

Si, toutefois, elle peut compter sur l’aide quotidienne d’un tiers pour la soulager dans ses tâches et ses efforts physiques jour après jour un peu plus difficiles, alors le maintien à domicile est tout à fait possible. Hélas pour nombre de personnes âgées isolées et souffrant de maladies chroniques, tel n’est pas le cas, et chaque geste requiert alors des efforts surhumains. :

  • Ne pas chuter dans les escaliers, ne pas glisser dans la salle de bain au risque de rester immobilisée seule des heures entières, voire pire, toute situation devient périlleuse.

Ainsi, avec l’âge, et une santé défaillante, une surveillance médicale accrue est de rigueur afin de préserver le minimum d’autonomie et éviter que l’état ne s’aggrave davantage.

  • Les traitements médicamenteux doivent être scrupuleusement observés, et les séances de rééducation régulières. Le risque de chutes augmente avec l’âge et entraine inévitablement chaque année de nombreuses hospitalisations, signifiant des semaines d’immobilisation, ainsi qu’une éventuelle grabatisation.

Les aides utiles pour faciliter le quotidien des personnes âgées :

 

Un environnement adapté au type de handicap, est bien souvent nécessaire. A domicile, un ergothérapeute peut vous aider à évaluer les besoins. Sa visite est prise en charge par l’INAMI. Elle porte sur l’amélioration des points suivants :

 Se déplacer : Une aide à domicile peut veiller aux déplacements de la personne âgée et faire ses courses. Par ailleurs, un équipement adéquat tels que : Déambulateur, marchette, sol antidérapant, barre d’appui dans les sanitaires, faciliteront les déplacements essentiels.

S’alimenter : Une aide à domicile lorsque la personne n’est plus autonome ou des problèmes de déglutition, l’éventuel recours à une sonde gastrique,  le portage des repas.

La toilette : Une infirmière peut assurer à domicile les soins d’hygiène. Le matériel d’incontinence reste à la charge de la personne âgée, il est généralement pris en charge en maison de repos.

Les soins : Dispensés quotidiennement par l’infirmière, ils peuvent être complétés par des séances de kinésithérapie à domicile.

En savoir plus sur :  Les soins à domicile ou en maison de repos ? 

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée