Mieux comprendre la maladie d’Alzheimer


Accueil > Santé Seniors > Pathologies spécifiques au grand âge > La Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est la forme de démence la plus courante et aussi la plus connue. Mais comment distinguer la maladie d'Alzheimer des autres démences? Comment en reconnaître les premiers symptômes ? Les réponses avec Retraite Plus…  

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Diagnostiquée pour la première fois il y a plus de 100 ans, en 1906, par le neurologue Aloïs Alzheimer, cette maladie neurodégénérative se caractérise essentiellement par la perte progressive de la mémoire et des fonctions cognitives. Elle se traduit par divers troubles du comportement plus ou moins prononcés selon la progression de la maladie. Selon de récentes études rapportées par la Fondation Recherche Alzheimer de Belgique, 200 000 cas de démence ont été déclarés en Belgique, dont 140 000 patients Alzheimer. Alors qu’ils représentent 10% des plus de 65 ans, ils sont 26% au-delà de 85 ans et plus de 35% à partir de 90 ans. Avec le vieillissement de la population, ils s’agit d’une véritable préoccupation pour la société belge comme pour le reste du monde. 

La maladie d’Alzheimer se manifeste par deux caractéristiques physiologiques au niveau du cerveau : la présence de plaques séniles et la dégénérescence neurofibrillaire. Si certains facteurs de risque sont mis en évidence, nous ne connaissons, à ce jour, pas de cause en particulier provoquant ces mécanismes liés à la maladie. Les plaques séniles sont constituées principalement d’un peptide amyloïde, normalement présent dans l’organisme , mais qui a tendance, dans un cerveau atteint de la maladie, à s’agréger et à s’enchevêtrer sous la forme de plaques séniles, en continuelle augmentation. Les dégénérescences neurofibrillaires, quant à elles, sont des enchevêtrements de fibrilles situés, cette fois-ci, à l’intérieur des neurones. 

                                                  Cliquer ici pour accéder au blog

Comment reconnaître les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

Les premiers symptômes de la maladie sont généralement des troubles de la mémoire. Il est important de préciser qu’elle n’affecte pas tous les types de mémoire et se différencie de simples oublis ou pertes de mémoire qui peuvent survenir avec l’âge.  Si elle touche la mémoire à court terme ainsi que la mémoire explicite, la mémoire implicite reste intacte. La mémoire à court terme, que l’on appelle également “mémoire de travail”, nous permet de mémoriser des informations de courte durée comme des adresses ou numéros de téléphone et fait appel à la région du cortex préfrontal. Il arrive à tout un chacun d’oublier certains rendez-vous ou événements. Cependant, le malade d’Alzheimer oublie systématiquement les faits récents et ne s’en souviendra jamais. 

La mémoire à long terme comprend la mémoire implicite et la mémoire explicite. La mémoire implicite réunit nos processus inconscients et capacités motrices, comme savoir faire du vélo, par exemple. La mémoire explicite regroupe une mémoire épisodique, ou autobiographique et celle qui définit notre culture générale, ou mémoire sémantique. Le malade d’Alzheimer connaîtra ainsi, une perte graduelle de la mémoire des événements récents. Il aura également tendance à chercher ses mots, à les confondre, à oublier en premier lieu les notions abstraites et à utiliser des formules générales en remplacement des expressions exactes. On assiste aussi à des pertes régulières d’objets. Le malade rencontrera aussi des difficultés à se servir des ustensiles habituels, ce qui engendre généralement des incapacités dans les gestes du quotidien et une perte d'autonomie progressive. Par ailleurs, les troubles cognitifs peuvent créer des perturbations du comportement comme agitation, agressivité ou certains comportements de désinhibition, par exemple. Dans la démence, on va également remarquer une perte soudaine de la mémoire mais aussi des symptômes d’AVC, une modification de la démarche, une perte précoce du contrôle de la vessie ou des intestins et de soudaines crises de rire ou de larmes. 

Qu’est-ce que la démence ?

La démence se caractérise par un déclin graduel des capacités mentales. Elle est évolutive et, malheureusement, irréversible. La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus courante. Elle touche surtout les personnes âgées de plus de 65 ans, avec une propension plus forte à partir de 80 ans. Dans certains cas, elle survient avant 60 ans. Il s’agit de la forme précoce de la maladie qui fait souvent l’effet d’un cataclysme dans l’entourage de la personne.  La démence influe sur les capacités intellectuelles et sociales de la personne, rendant ainsi la vie quotidienne difficile. Elle peut également modifier la mémoire et le jugement et entraîner un état de désorientation. La personnalité peut aussi être modifiée. Il est important de préciser que les personnes qui avancent en âge ont souvent tendance à développer une forme de démence, que l’on nomme “démence sénile”. Elle affecte l'ensemble des facultés psychiques du patient et altère son affectivité et son activité. Cependant, cela ne signifie pas pour autant qu’elles sont forcément atteintes de la maladie d’Alzheimer. 

Comment poser correctement le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ?

Certains signes dans le comportement d’un proche doivent attirer notre attention: S’il a des pertes de mémoire répétées, des problèmes de langage, une désorientation dans l’espace ou le temps ou encore la perte fréquente d’objets, il est impératif de consulter un médecin. Le cas échéant, il pourra prescrire des examens complémentaires ou vous envoyer vers un spécialiste afin de poser un diagnostic précis.  Malgré des symptômes apparents, seul un professionnel sur la base d’examens spécifiques comme un scanner et différents tests cognitifs peut être en mesure de définir qu’il s’agit bien de la maladie d’Alzheimer. 

Quelles sont les causes de la maladie d’Alzheimer ? 

Selon les différentes études effectuées à ce jour, la maladie d’Alzheimer proviendrait davantage d’une concomitance de différents facteurs environnementaux, factuels et génétiques que d’une raison en particulier.

Les facteurs héréditaires

Les formes héréditaires de la maladie sont très rares, moins de 1% des cas et interviennent surtout en cas d’Alzheimer précoce. On connaît à l’heure actuelle 3 gènes différents responsables de ces formes héréditaires. Une anomalie concernant l’un de ces 3 gènes de l’un des deux parents suffit à entrainer l’apparition de la maladie qui se développera obligatoirement avant 65 ans. Cependant, être porteur de l’un de ces gènes ne signifie pas que l’on développe forcément la maladie. Il s’agit d’une prédisposition, c’est-à-dire d’un facteur de risque plus élevé chez certaines personnes.

Autres facteurs de risque

Les études sur la maladie d’Alzheimer dans le monde ont permis d’identifier sept facteurs de risque qui pourraient être à l’origine de près de la moitié des cas de maladie d’Alzheimer. Par ordre d’influence, on relève le faible niveau d’instruction, le tabagisme, la sédentarité, la dépression, l’hypertension artérielle, enfin, l’obésité et le diabète, dans une moindre mesure. 

Par ailleurs, une récente étude a confirmé que le fait de vivre dans des lieux présentant une pollution atmosphérique élevée augmentait le risque de développer la maladie d'Alzheimer et d'autres démences. 

Selon l’avis de nombreux médecins, un régime alimentaire méditerranéen riche en poisson, fruits et légumes ferait considérablement diminuer les risques de développer la maladie d’Alzheimer et sont également très bénéfiques pour le cœur.  

En effet, la consommation de poissons gras et d’antioxydants que l’on trouve notamment dans les fruits et légumes peut s’avérer très efficace contre l’excès de radicaux libres qui provoque la mort des neurones. 

Parmi les nombreuses études effectuées à ce sujet, certains chercheurs ont pu prouver que des participants qui avaient une prédisposition génétique élevée de développer la maladie d'Alzheimer et ayant adopté un mode de vie « favorable » présentaient un risque de 32 % inférieur de développer une démence, toutes causes confondues, par rapport à ceux adoptant un mode de vie « défavorable ».

En agissant directement sur ces facteurs de risque, on pourrait donc protéger son cerveau de la maladie d’Alzheimer. En d’autres termes, il est impératif de veiller à une bonne hygiène de vie, à une activité intellectuelle et physique régulière ainsi qu’à une alimentation équilibrée. 

Quels sont les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

On distingue essentiellement : 

  • Des pertes de mémoire sur des faits récents,

  • Une disparition des repères dans le temps,

  • Une disparition des repères dans l’espace,

  • Des difficultés à reconnaître des objets, 

  • Des troubles du langage, 

  • De l’agressivité et de l’agitation.

Le corps médical regroupe généralement ces symptômes sous l’appellation : “les quatre A” :Amnésie, Aphasie, Agnosie et Apraxie.

Les 4 A dans la maladie d'Alzheimer

Amnésie :

Les troubles de la mémoire sont souvent les premiers à apparaître. Ils concernent surtout l’incapacité d’apprendre de nouvelles informations.La personne ne se souviendra pas des événements qu'elle est en train de vivre. 

Nos conseils : A ce stade de la maladie, il est recommandé de stimuler les facultés mémorielles du malade à travers diverses activités et aides pour pallier les troubles de la mémoire. 

Aphasie:

Des troubles du langage apparaissent et rendent la communication difficile. Il aura tendance à chercher ses mots, à utiliser une expression pour une autre. Le patient peut parfois se murer dans le silence et ne plus vouloir communiquer.

Nos conseils : Proposer au malade des activités pouvant stimuler son langage : des jeux de mots, des mots croisés… Vous pouvez également travailler le champ lexical et la faculté de narration avec des cartes, imagiers, des historiettes…

Apraxie:

La maladresse gestuelle s’accompagne de la perte de sensations. A un stade plus avancé de la maladie, le malade éprouvera des difficultés puis une incapacité à se nourrir seul ou à prendre soin de lui. Il nécessite alors une assistance dans les gestes du quotidien.

Nos conseils : utilisez ce que l’on appelle la programmation volontaire, en installant par exemple la fourchette dans la main du malade, plutôt que de lui demander de manger.

Agnosie:

Le patient ne reconnaît plus son entourage. Il est dans un état de profonde confusion mentale, il peut adopter des attitudes d’indifférence, de mutisme ou d’agressivité. L’état grabataire est inévitable à terme.

Nos conseils : les personnes atteintes d’Alzheimer souffrent souvent d’agnosie visuelle : ils ne parviennent pas à identifier les visages ou les objets autour d’eux. Il est néanmoins possible de compenser ce manque grâce à d'autres sens, le toucher et l’ouïe. Le fait de toucher un objet pourra donc aider un malade et entendre une voix familière lui permettra de reconnaître un proche.

Malgré les progrès de la recherche et certains médicaments en cours d’évaluation, les médicaments disponibles à l’heure actuelle ne permettent pas de soigner la maladie mais peuvent agir sur plusieurs symptômes, en atténuer les effets et en ralentir la progression.  

Quels sont les différents stades de la maladie d’Alzheimer ? 

Le stade léger 

Les troubles de la mémoire sont, à ce stade là, presque insoupçonnables et passent souvent inaperçus parce que l’entourage les met volontiers sur la compte de la vieillesse.

Il s’agit avant tout d’une altération de la mémoire à court terme, de difficultés progressives à effectuer les tâches quotidiennes, à s’exprimer et à s’orienter dans l’espace.

Ainsi, le malade s’attache à noter tout ce qu’il fait de peur qu’il en vienne à oublier les choses essentielles, son emploi du temps, ses rendez-vous.

Toutes les situations nouvelles sont pour lui déstabilisantes, soit parce qu’il ne les connaît pas, soit parce qu’il les a oubliées…

Le stade intermédiaire, ou stade modéré

Son jugement commence à être altéré, ses souvenirs de moins en moins précis, son humeur peut changer souvent au cours d’une même journée.

Il éprouve des difficultés à reconnaître les objets et les proches et a souvent oublié les prénoms. Ces troubles ont des répercussions sur sa vie quotidienne et dans ses relations avec sa famille et ses amis.  Il a besoin d’être aidé et entouré.

Il peut poser plusieurs fois les mêmes questions sans tenir compte des réponses, non par négligence ou par distraction mais tout simplement parce qu’il les a oubliées. Ce qui doit conduire à l’indulgence de la part de ses proches et non à l’énervement qui ne ferait que déstabiliser le malade un peu plus.

S’il doit sortir, il risque de se perdre, ne sachant plus trop où se diriger. Pire, il ne connaît plus son adresse. Il vaut mieux la  lui inscrire en permanence, avec un numéro d’appel d’urgence, et veiller à ce qu’il ne sorte jamais sans.

Au début de ce stade, les ateliers mémoire proposés par les centres de soins de jour sont plus que nécessaires et profitables. Il est également souvent utile qu’il soit hébergé dans une maison de Repos et de Soins pour assurer sa sécurité.

Le stade critique, ou terminal

Totalement refermé sur lui-même, le malade vit en retrait. Il est seul parce qu’il ne reconnait plus son entourage.

Il n’est plus capable de s’habiller ni de se laver, ou encore d’aller seul aux toilettes car il a oublié comment s’y prendre.

Le danger survient lorsqu’une telle perte de mémoire affecte son alimentation. Il a besoin d’une attention et d’une surveillance constante de jour comme de nuit pour éviter les problèmes de dénutrition et de déshydratation, les fugues, les chutes parfois fatales.

A ce stade, l’entrée en Maison de Repos et de Soins s’avère nécessaire, pour sa sécurité d’abord.      

Pour trouver une place dans la maison de repos et de soins adéquate, adaptée à votre budget, à l’emplacement géographique souhaité et prenant en charge de manière optimale les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, nos conseillers en gérontologie vous conseillent gratuitement au 02 318 04 78

Discuter avec nos conseillers experts en maison de repos en cliquant ici 

Trouvez une maison de repos adaptée à la Maladie à d'Alzheimer :

Quel type de maison recherchez-vous ?
Dans quelle province ?
Quel est votre délai d'urgence ?
Coordonnées pour recevoir ma sélection :

CNIL Déclaration CNIL n° 141035 | Confidentialité des données | Mentions légales

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Fermer

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée