L’AVC et son impact dans la vie quotidienne


Accueil > Santé Seniors > Pathologies spécifiques au grand âge > L’accident vasculaire cérébral, AVC

Selon les études les plus récentes réalisées en Belgique, après la survenue d’un AVC, une personne sur cinq décède dans le mois qui suit. Et les trois-quarts des survivants gardent des séquelles définitives, tandis qu’un tiers devient dépendant d’une assistance extérieure pour les gestes de la vie quotidienne.

Dans l’impossibilité de reprendre une activité professionnelle, à cause des séquelles importantes engendrées par l’AVC, parfois même victimes d’une invalidité permanente, ces personnes voient malheureusement leur quotidien changer du jour au lendemain. Des troubles dépressifs s’en suivent.

Il est alors possible de les atténuer par des traitements médicamenteux, un suivi médical sérieux, ainsi qu’une rééducation orthophonique pour les troubles du langage et des séances de psychomotricité pour retrouver progressivement, dans le meilleur des cas, une certaine autonomie. Et dans d’autres cas plus critiques, pour éviter que l’état de santé ne s’aggrave du fait d’une immobilisation prolongée.

De même, afin d’éviter le risque de récidive notamment quand l’AVC est survenu à la suite d’une hypertension artérielle ou d’une athérosclérose, à savoir l’épaississement de la paroi intérieure des artères, le patient doit être suivi de manière accrue.

A domicile, il est souhaitable qu’il soit aidé dans les gestes essentiels, se lever, se déplacer, faire sa toilette, s’habiller. Une aide-malade s’avère d’une grande utilité.

En savoir plus sur « AVC : Une association belge vient en aide aux malades »

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée