Rester chez soi, Oui mais à quelles conditions ?


Accueil > Maisons de Repos/Maisons de Repos et de soins > Les Maisons de repos en Belgique > Les établissements d’accueil des personnes âgées

Dans quels cas peut-on opter pour le maintien à domicile et dans quels cas , celui ci n'est plus possible...

Si le maintien à domicile est généralement une priorité pour les enfants, il faut pourtant admettre qu’il représente un lourd investissement sur le plan émotionnel, physique et financier.

Effectivement, toujours d’après l’enquête réalisée par l’observatoire de la santé de Wallonie sur « le ressenti des personnes âgées à leur entrée en maison de repos » il apparait que près de 7 résidents sur 10 recevaient de l’aide avant leur entrée en institution, une aide le plus souvent apportée par la famille dans 55% des cas, contre 49% qui bénéficiaient d’une aide professionnelle.

Et cela exige bien souvent une disponibilité totale, faute de quoi le parent âgé et devenu dépendant  aura du mal à surmonter les difficultés quotidiennes et sera amené à déprimer et à se replier un peu plus sur lui-même. Et cet isolement ne fera qu’aggraver son état. C’est souvent à ce moment là que la question de l’entrée en Maison de Repos se pose.

Faut-il attendre Et courir le risque d’un accident ou d’une chute, source de grabatisation ?

 Son autonomie relative lui permettra une meilleure intégration au sein de la maison de repos. Là, dans une structure sécurisée et médicalisée, il pourra nouer des liens avec les autres résidents, avoir une véritable vie sociale autour de nombreuses activités en rapport avec son état. Ce sera un nouveau départ pour lui, le plus souvent fort bénéfique. Plus grande est l’autonomie lors de l’entrée en établissement, plus le résident s’adapte de façon très positive à son nouvel environnement.

Ainsi, il apparait que :

  • 75% des personnes sondées avaient encore des activités régulières avant leur entrée en maison de repos.
  •  87% pouvaient se déplacer seules.
  •  71% pouvaient faire des petites courses.

En effet, dès qu’un parent ne parvient plus à s’assumer seul au quotidien pour sa toilette, pour ses déplacements, pour faire ses courses ou entretenir sa maison, il souffre, se sent diminué et refuse bien souvent de devenir une charge pour sa famille. Dès lors une structure adaptée, lui offrant une prise en charge totale, des repas au restaurant avec d’autres pensionnés, des après-midis récréatifs, changeront sa vie…en mieux. Et c’est avant tout pour lui et avec lui que la décision doit être prise, sans urgence et sans précipitation, dans le choix de l’établissement. Et à fortiori, si cette entrée en Maison de Repos survient après un accident, une chute malheureuse, la perte de son conjoint.

Déjà affaibli par une telle situation, votre parent aura besoin de toute votre aide et soutien pour l’accompagner pas à pas vers sa nouvelle demeure. Toujours d’après l’observatoire de la santé en Wallonie : « La difficulté la plus fréquemment rencontrée par les résidents avant d’entrer en maison de repos a été de se défaire de ce qui leur tenait à cœur, vient ensuite la rupture avec l’entourage. D’autant que les trois-quarts sont veufs, séparés ou divorcés. 60% sont entrés juste après une hospitalisation. »

 Vous cherchez une maison de repos à Bruxelles ou dans les environs? Un Home, une Seniorie ou une Résidence Service ? N’hésitez pas à nous consulter au N° local : 02 318 04 78 pour vous aider à effectuer le meilleur choix d’établissement et à vous assister dans vos démarches.

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée