Qu’est ce que la dépendance ?


Accueil > Santé Seniors > La dépendance

On entend par personne âgée dépendante , une personne se trouvant dans l'incapacité partielle ou totale d'effectuer seul les gestes essentiels de la vie quotidienne, comme se lever, faire sa toilette, s'habiller, s'alimenter et se déplacer chez elle ou à l'extérieur. Cette dépendance peut-être la conséquence d’une maladie, d’un handicap, d’un accident, ou tout simplement due à la vieillesse.

La dépendance est évaluée selon des critères bien précis. C’est l’échelle de Katz, en Belgique, qui permet de définir le degré de dépendance d’une personne. (Lien hypertexte)

Néanmoins, force est de constater que l’on reste autonome plus longtemps, 78 ans en moyenne pour un homme, et 83 ans pour une femme. Les progrès médicaux et l'amélioration des conditions de vie retardent incontestablement l'apparition de la dépendance. Et l'espérance de vie sans incapacité augmente un peu plus chaque année. Ce qui est, bien évidemment, une excellente nouvelle...

D'où vient la dépendance ?

Liée au vieillissement naturel d’une personne, la dépendance augmente inéluctablement avec l’âge, et d’autant plus vite que des maladies chroniques surviennent. Qu’il s’agisse de maladies neurodégénérativescomme Alzheimer, la démence, Parkinson, ou des maladies liées au grand âge : Les rhumatismes, l’ostéoporose, l’arthrose.

Sans oublier les chutes de plus en plus fréquentes en vieillissant du fait des troubles de l’équilibre et de la vue, or ces chutes entrainent des fractures et une invalidité qui restent hélas la première cause de grabatisation d’une personne âgée. Il y a peu de rémission possible après 80 ans.

L'impact de la dépendance dans la vie quotidienne

Au jour le jour, une personne âgée dépendante de soins et d’attention nécessite la présence d’un tiers à ses côtés, de façon quasi permanente. Et cela, en fonction de l’altération de ses capacités motrices et psychiques.

Il faut pouvoir veiller à sa sécurité, une chute pourrait aggraver son état de santé, surveiller également  son alimentation, car les problèmes de dénutrition et de déglutition augmentent avec l’âge. 

Or, on constate que le nombre d'aidants potentiels au sein de la famille baisse au fil des ans. D'une part à cause de la baisse de la natalité et donc du nombre d'enfants par famille susceptible de venir en aide à un parent dépendant mais aussi du fait de l'éclatement géographique des familles.

 Les études prouvent qu’il y a davantage de ruptures dans les couples, moins d'enfants, et donc moins d'enfants disponibles...Si bien qu'une personne sur quatre issue des générations d'après-guerre risque de connaitre la dépendance. Elles auront entre 80 et 85 ans en 2030, l'âge moyen d'entrée en maison de repos.

L’état de dépendance, varie également en fonction de l’environnement de la personne âgée.

Ainsi, une personne âgée se déplaçant difficilement sera très dépendante et confinée chez elle si elle habite en étage, dans un immeuble sans ascenseur, et plus autonome dans le cas d'une habitation adaptée à son handicap.

Et bien plus encore, si elle est hébergée dans un établissement pour personnes âgées dépendantes. Là, un encadrement adéquat lui offrira une plus grande autonomie dans la vie quotidienne. Elle ne souffrira pas de solitude ni d'isolement, source de dépression bien connue.

La prise en charge de la dépendance des personnes âgées par les pouvoirs publics constitue plus que jamais une question cruciale, autant pour les personnes concernées, que leurs familles, les services d'aide et de maintien à domicile, et bien entendu, les maisons de repos et de soins capables de les accueillir dans les meilleures conditions possibles.

Comment prévenir la dépendance ? 

Conséquence d’une maladie, telle que la maladie d'Alzheimer, d’un handicap, d’un accident de la vie, ou simplement du fait de l'avancée de l'âge, la dépendance peut-être dans certains cas anticipée, si la personne est correctement suivie médicalement afin de diagnostiquer au plus vite des troubles entrainant la perte d’autonomie.

Ainsi, une étude intitulée : « Prévenir et prendre en charge la dépendance des personnes âgées » suggère d’organiser des campagnes de prévention des maladies génératrices de dépendance.

La facteurs de la dépendance les plus fréquents sont les suivants : 

- L'ostéoporose et l'arthrose à 80%,

- Les maladies cardiaques à 54,9%,

- Les pathologies cancéreuses à 49,7%,

- Les démences à 9,8%.

 

Par conséquent, un dépistage précoce de ces maladies permettrait de maintenir la personne autonome beaucoup plus longtemps. Et de conclure que  des campagnes de prévention de ces maladies pourraient être menées notamment via la diffusion de bonnes conduites à tenir, telles que la consommation de produits laitiers, de fruits et de légumes par exemple. 

Newsletter / Recevez chaque mois l'actu du grand-âge

Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée